L'Autoconsommation

Guide Ultime de l’autoconsommation photovoltaïque 2020 par

Votre facture d’électricité pèse de plus en plus sur votre budget ? Comment réduire votre facture ? Vous envisagez de produire votre propre électricité ? Vous vous interrogez sur la pertinence d’installer des panneaux solaires ? Mais il n’est pas facile de disposer d’informations objectives et simples. Pour passer à l’action simplement et sans prendre de risques, ce guide est fait pour vous.

Savez vous que le prix de l’électricité va augmenter de 5% par an, en moyenne, pendant les 10 prochaines années ? Dans un rapport rendu public en Janvier 2012, la Cour des Comptes a annoncé prévoir une hausse de 50% des prix de l’électricité entre 2012 et 2020. Quelques mois plus tard, une Commission du Sénat confirme cette prévision dans un rapport publié en Juillet 2012, prévoyant une hausse de 6% par an jusqu’en 2020. Et depuis, cette hausse de prix ne s’est pas démentie, avec une augmentation de 6% au 1er Juin 2019 et d’autre augmentations annoncées en 2019.

Ainsi une famille qui payait 1 500 € d’électricité par an en 2010, paye désormais 2 042 € en 2019 et va payer 3 500 € dans 10 ans. Il est donc urgent de se protéger contre la hausse constante du prix de l’électricité.

Pourquoi les Français se lancent massivement dans l’autoconsommation ?

En plus des raisons évidentes liées à l’augmentation constante du prix de l’électricité, les Français ne souhaitent plus subir sans réagir, ils veulent passer à l’action.

Pourquoi c’est devenu si facile ?

L’autoconsommation, c’est maintenant pour toutes les bourses.

Pour passer à l’action, pas besoin d’être riche comme Crésus, pas besoin d’avancer l’argent, les économies que vous allez faire (env 50% de la facture) payent le petit crédit (7 à 10 ans) que vous pouvez faire pour investir dans votre générateur solaire.

D’accord, mais pourquoi tout le monde ne le fait pas ?

En 6 ans d’expérience et plus de 20 000 maisons équipées, Comwatt sait que 90% des projets en autoconsommation sont retardés car les consommateurs ont beaucoup de difficultés à trouver le bon artisan en qui ils peuvent avoir confiance. Comwatt et Conseils Solaire ont donc fait une sélection des meilleurs artisans de France, ont signés des conventions avec eux afin de garantir un excellent rapport qualité/prix. Tous les derniers freins sont donc enlevés.

Alors, pourquoi pas vous ?

Pas facile de s’y retrouver. Beaucoup de questions, et peu de réponses. Par où commencer ? Quel est le principe exactement ? A qui s’adresser ? Quels sont les risques ? Ce n’est pourtant pas si compliqué quand c’est bien expliqué. Alors, suivez le guide ! Vous allez tout comprendre en quelques minutes…

Partie 1. Qu’est-ce que l’autoconsommation photovoltaïque ? Quels en sont les avantages ?

 Comment fonctionne l’énergie solaire ?

Grâce à des panneaux solaires composés de cellules photovoltaïques et installés sur votre toit ou sur une pergola, vous générez de l’électricité. Cette électricité peut être consommée sur place ou totalement vendue au réseau.

Si vous la consommez sur place, elle vous servira à alimenter votre maison : lumière, chauffage, appareils électriques, cumulus, mais aussi box internet, ordinateurs…

 

Schéma explicatif de branchement d’une installation en autoconsommation

Pour autoconsommer son électricité, il faut donc installer :

  • Des panneaux solaires photovoltaïques sur une surface sans ombre, car le panneau solaire déteste l’ombre. Les panneaux ne sont plus installés à la place des tuiles comme avant 2015, mais en sur-imposition au dessus des tuiles. Ce qui élimine les problèmes de fuite, de surchauffe et simplifie grandement la pose. Comwatt  et Conseils Solaire préconisent  d’équiper en priorité les toitures orientées au sud ou plates. Équiper les toitures Est ou Ouest fonctionne aussi très bien. (cela ne réduit la production que de 10% par rapport au plein sud, ce qu’il faut éviter absolument, c’est les toitures orientées plein nord).

  • Les panneaux sont raccordés à un ou plusieurs onduleurs qui convertissent le courant continu produit par les panneaux en courant alternatif utilisable chez soi.

  • Les onduleurs sont raccordés à un coffret de protection électrique et des disjoncteurs, permettant d’isoler votre installation solaire en cas de problème.

  • À la suite des protections électriques, le système est raccordé à votre armoire électrique qui regroupe tous les disjoncteurs de votre maison.

  • Une box énergie Comwatt permettant l’optimisation de sa consommation en fonction de sa production solaire.

  • L’armoire électrique est bien sûr raccordée au réseau national d’électricité via un compteur. Ce compteur est désormais un compteur intelligent Linky.

L’autoconsommation c’est quoi ?

L’autoconsommation c’est produire de l’électricité et la consommer directement sur le lieu de production.

Remarques : Si le site n’est pas relié au réseau électrique (moins de 1% des cas), il faut donc des batteries pour équilibrer l’offre et la demande. Le principe de la batterie repose sur le fait qu’elle se charge dans la journée et alimente le logement en électricité notamment la nuit. Seul problème : ajouter une batterie à son projet d’autoconsommation n’est aujourd’hui pas rentable écologiquement ni économiquement (découvrez pourquoi dans ce lien).

Pour faire simple, les batteries sont en effet beaucoup trop chères en France, à l’inverse de l’Allemagne qui propose de fortes subventions pour l’achat de ce type de matériel. En effet, ajouter des batteries coûte environ 20 c€/kWh, ce qui fait qu’en pratique, seul ceux qui n’ont pas le choix, mettent des batteries, l’immense majorité (plus de 99%) des projets en autoconsommation sont des sites connectés au réseau. Sauf mention contraire, ci dessous nous évoquerons le cas de sites connectés au réseau. 

Si vous consommez davantage d’électricité que votre capacité de production, vous achetez au réseau. A l’inverse, si la production est plus importante que la consommation, le surplus est donné ou vendu au réseau. Dans tous les cas, il n’y a aucune perte de confort pour le consommateur…ça c’est cool, non ?

C’est ce que Comwatt appelle l’énergie potagère. En moyenne, les clients de Comwatt arrivent à produire annuellement 50% de ce qu’ils consomment, ils réduisent presque d’autant leur facture d’électricité.

Prenons un exemple simple, si mes panneaux délivrent une puissance de 2 000 W et si la totalité de mes équipements électriques consomment 3 000 W alors le réseau va fournir automatiquement les 1 000 W qui manquent. A l’inverse, si mes panneaux délivrent une puissance de 2 000 W et si la totalité de mes équipements électriques ne consomment que 500 W alors votre maison va injecter 1 500 W dans le réseau.

L’autoconsommation est-ce plus rentable que de vendre l’électricité produite ?

Le réseau commercialise une électricité à un prix de 18 c€/kWh en 2019 (puis +6% par an), vous produisez une électricité qui va revenir autour de 9 c€/kWh (en comptant tout, le matériel, la pose, l’entretien), il devient alors très rentable de réduire ses achats d’électricité pour favoriser sa propre consommation. Si vous produisez plus que vos besoins, vous allez pouvoir vendre à 10 c€/kWh, ce qui est mieux que rien mais bien moins rentable que de consommer votre propre énergie.

 Attention ! Comme vous l’aurez compris, autoconsommation ne signifie pas autonomie totale par rapport au réseau, comme veulent vous le faire croire certains démarcheurs dont vous devez vous méfier, mais alimenter une partie des consommations journalières avec une énergie renouvelable à un coût inférieur au fournisseur d’énergie. Il ne s’agit donc pas de produire beaucoup plus que vos besoins ou de vous couper du réseau public.

L’autoconsommation avec ou sans revente, qu’en pensent les français ?

D’après deux sondages réalisés en 2016 et 2018 auprès de la population française, près de 9 Français sur 10 préféreraient consommer en priorité l’énergie produite avec une installation photovoltaïque domestique et 72 % de ceux-ci préféreraient vendre le surplus au réseau alors que 16 % souhaiteraient tout consommer sans revendre.

Il existe donc deux alternatives : revendre ce que vous produisez et que vous n’avez pas consommé, ou consommer intégralement votre production. Comment faire votre choix ? Lisez les lignes qui suivent, et vous en saurez davantage sur les deux alternatives qui s’offrent à vous.

* L’autoconsommation intégrale sans revente de surplus

Dans ce cas de figure, vous devez consommer intégralement votre production d’énergie, sans avoir la possibilité de la revendre au réseau public en cas de surproduction. Vous pouvez alors dans ce cadre, installer vous-même votre kit solaire en autoconsommation et n’importe où chez vous (au sol, sur toiture, en brise vue…). Toutefois, comme nous l’indiquons plus loin dans ce guide, poser soi-même ce type d’installation implique de nombreux inconvénients qu’il est impératif de connaître.

* L’autoconsommation partielle avec vente de surplus

Vous pouvez également vendre l’électricité que vous ne consommez pas au réseau. Pour vendre le surplus, l’installation du compteur Linky, qui gère et comptabilise les injections au réseau public de votre électricité produite, est ainsi obligatoire. A noter que le coût d’installation des compteurs Linky est en général pris en charge dans le devis de l’installateur pour votre installation photovoltaïque.

Pour autoconsommer et revendre votre surplus, vous devrez faire installer votre kit solaire autoconsommation par un installateur agréé certifié QualiPV module Elec, certifié 5911 – ENR Photovoltaïque ou SP1 et SP2. 

Vous ne pourrez donc pas poser votre kit solaire autoconsommation vous-même en cas de revente de votre surplus. La pose par un professionnel garantit à ENEDIS que l’électricité rachetée provient d’une installation qui respecte les normes qu’il impose.